Démocratie participative : l’opposition a un train de retard

septembre 19, 2013 dans Non classé par Catherine Baratti-Elbaz

A l’heure où le nouveau président de l’UMP confesse « nous apprenons la démocratie, c’est assez nouveau“, nous faisons de la démocratie participative l’une de nos marques de fabrique depuis 2001.

Les comptes rendus de mandat et les permanences sur les marchés ont permis d’installer le dialogue avec les habitants. Le comité vélo, le conseil local du handicap ou la commission inter-quartier solidarité ont favorisé la consultation en amont des acteurs sur les initiatives municipales (pistes cyclables, accessibilité, actions auprès des personnes âgées,…).

Chaque grand projet d’aménagement urbain intègre désormais un processus de concertation, aujourd’hui pour Bercy-Charenton ou le GRPU Porte de Vincennes, demain pour la Caserne de Reuilly. Ces séquences sont importantes pour améliorer ces projets – et non, comme le voudrait l’opposition, pour les empêcher – alors que nos concitoyens en ont un réel besoin (logement, emplois, crèches,…).

Première citoyenne party organisée le 14 juillet 2013 par les conseillers de quartier

Première citoyenne party organisée le 14 juillet 2013 par les conseillers de quartier

Les conseils de quartier symbolisent parfaitement cette « respiration démocratique ». Instance d’information, de formation du citoyen, de consultation et d’animation, ils sont devenus des acteurs à part entière de l’espace public. A l’occasion des concertations menées sur le boulevard Diderot, le tunnel Proudhon ou encore le jardin du boulevard de Picpus, mais surtout avec le Budget participatif, un processus inédit à Paris. Avec un budget minimum de 127 500 €, ils proposent, choisissent et financent des opérations utiles à la vie des habitants en lien  avec les services de la Ville, les élus, les riverains… Les conseils de quartier ont financé en 3 ans 28 projets pour un montant de 645 000 € et ont investi plus de 1,3 millions d’euros depuis 2008 pour améliorer l’espace public.

Quand l’opposition, dépourvue de vision claire en la matière, réclame des concertations qui existent déjà, nous en sommes déjà à oser la coopération avec les habitants. C’est sur cette base que nous avons à cœur de renforcer le lien avec les habitants, pour promouvoir le vivre ensemble dans nos quartiers et améliorer concrètement notre cadre de vie dans le 12e.

Tribune parue dans le Magazine Votre 12e, septembre 2013, signé par Richard Bouigue, Adjoint auprès de la Maire, pour le groupe des élus socialistes, radicaux et apparentés.